TypeMatrix 2030 et BÉPO : un mois après

Il y a à peine plus d’un mois je recevais avec joie mon nouveau clavier qui devait en partie me permettre d’atténuer mes douleurs et engourdissements au niveau des épaules, bras et poignets, problèmes qui provenaient de je ne sais où (enfin si un peu, mais bon).
Divers examens médicaux m’ont permis d’apprendre que j’avais développé un syndrome du défilé bilatéral (dont le doux nom barbare n’est autre que « syndrome du défilé thoraco-brachial »). Pour faire simple, les artères situées sous les clavicules sont compressées, ce qui fait que le sang circule mal des épaules jusqu’aux mains, entraînant ainsi de façon tout à fait aléatoire des engourdissements ou des douleurs d’intensité variable.

Le clavier ergonomique se révèle-t-il efficace et agréable ? Mon passage à la disposition BÉPO m’a-t-elle valu une cure d’antidépresseurs ?
Petit état des lieux un mois après le grand plongeon dans le monde de l’ergonomie.

Le clavier

Il n’y a pas à dire : je ne regrette vraiment pas mon investissement.
Le TypeMatrix est véritablement silencieux, ce qui est très appréciable quand on passe plusieurs heures par jour devant le PC.
L’agencement des touches (et là je ne parle pas de la disposition) est très intéressant et pratique :

  • pas moins de 23 points de repère permettent de rendre optimale la frappe en aveugle ;
  • les touches Entrée, Retour arrière et Supprimer disposées au centre sont un vrai régal. C’en est fini de ces extensions imbuvables pour atteindre des touches que l’on utilise pourtant sans arrêt (surtout les deux premières citées précédemment) ;
  • l’agencement est tellement astucieux que jusqu’à présent mes erreurs de combinaisons n’ont tout simplement rien provoqué : plus de mode console indésirable, plus de fermeture de programme accidentelle… c’est vraiment très appréciable ;
  • les touches d’accès aux fonctions copier et coller sont bien pratiques, de même que les touches multimédias (qui fonctionnent très bien sous Linux au moins) ou d’accès rapide à certaines applications (la calculatrice, le navigateur et le logiciel de messagerie par défaut).

Il est difficile de tout lister. Je ne trouve pas les changements si énormes que cela (entendez par là que j’ai pris en main le clavier très rapidement) et pourtant en pratique on sent la différence.
Il est quelque peu dommage que les touches de la rangée du bas soient un peu plus difficiles d’accès. Il faut se déplacer pour les atteindre et quand on a pris l’habitude de ne plus trop bouger (le BÉPO y est notamment pour quelque chose) c’est forcément dérangeant, m’enfin grâce aux repères ce n’est pas si embêtant que ça non plus.

Le duo « repose-poignets + TypeMatrix » me change vraiment la vie. Il est rare que j’aie de grosses douleurs ou d’importants engourdissements comme c’était le cas ces derniers mois ; en gros je revis, même s’il m’arrive encore d’avoir quelques légers soucis.

La disposition BÉPO

Lorsque j’ai reçu le clavier, je me suis dit que la skin ne me servirait pas à grand-chose. En effet, comme cela fait des années que je tape en aveugle j’étais persuadée qu’il ne me faudrait que quelques petites heures pour reprendre mes marques en AZERTY avec le TM. Grossière erreur !
C’est justement en recevant un clavier ergonomique dont les touches sont alignées que j’ai pris conscience du fait que malgré mes années de frappe en aveugle je ne connaissais pas ma disposition. Enfin si, quand même, mais je serais incapable d’en faire une carte complète de mémoire. Mes réflexes de frappe étant purement musculaires (comme la plupart de ceux qui utilisent l’AZERTY je crois), je me suis retrouvée totalement perdue avec ce nouvel agencement.
En revanche je n’ai eu aucun problème pour m’adapter au clavier avec le BÉPO (auquel je m’étais vaguement intéressé quelques mois plus tôt sur un clavier standard). C’est là que l’on prend pleinement conscience de la force d’une disposition DVORAK ; elle est conçue de façon intelligente et limite les mouvements inutiles. En l’état les réflexes musculaires commencent à arriver (je gagne donc en vitesse de frappe, mais j’y reviendrai juste après) et la disposition est suffisamment bien pensée pour que je sois capable d’en dresser un schéma par cœur. Comme quoi…

Malgré cela le BÉPO m’a fait beaucoup souffrir et continue de m’embêter (mais bien moins qu’avant).
Lors de mon changement de disposition ma vitesse de frappe est passée de près de 80 mots par minute avec un très haut pourcentage de précision à une vitesse d’environ 13 mots par minute avec un pourcentage de précision très faible… c’est l’étape la plus difficile à franchir et celle que l’on redoute le plus.
Dans mon cas je n’avais pas le choix : seul le BÉPO était à ma disposition. J’ai donc pris mon mal en patience et ai tenu bon.
Ce fut loin d’être simple mais ma persévérance a fini par payer : un mois plus tard, j’ai atteint une vitesse de frappe d’environ 50 mots par minute avec un pourcentage de précision plutôt élevé. Avec un peu de chance il me sera possible d’atteindre mon ancienne vitesse sous peu.

Lorsque je repasse ponctuellement à la disposition AZERTY je me rends compte à quel point cette dernière est bancale. Il me faut reprendre mes vielles et mauvaises habitudes (courir dans tous les sens, en somme) et j’avoue que ce n’est pas spécialement plaisant.
La seule chose que je regrette sont les flèches et quelques autres symboles pratiques (l’ensemble vide, le diamètre…) disponibles par défaut sous Linux avec l’AZERTY. Ils ne sont pas présents sur la disposition BÉPO et c’est ce qui gâche un peu mon plaisir puisque j’ai tendance à recourir aux flèches assez fréquemment. Aller taper dans la table des caractères Unicode n’est pas des plus pratique et je ne suis pas encore parvenue à modifier l’agencement de mes touches sans faire sauter la disposition.

Bilan très positif donc.
Si vous en avez les moyens et l’envie n’hésitez pas à vous lancer, vous ne le regretterez pas.

This entry was posted in , Ergonomie, Linguistique. Bookmark the permalink.

9 Responses to TypeMatrix 2030 et BÉPO : un mois après

  1. Karl says:

    Alors, ça c’est le billet que j’attendais. Les retours sur du bépo après « obligation » d’y passer.

    Je ne sais pas encore si je vais opter pour une véritable disposition bépo un de ces 4 (la combinaison Alt + Maj sous Windows n’est pas très utilisée pour l’instant), parce que j’ai du mal à rompre avec mes vieilles habitudes.

    Mais il semble que ça paye. Cela dit, je trouve ton ancienne vitesse de dactylo sur azerty très impressionnante. Je ne trouve pas que j’écris particulièrement lentement, mais la mienne est bien inférieure à cela. Je dirais de l’ordre de ta vitesse actuelle sur bépo.

    Merci bien pour ce billet ! 😀

    P.-S. : À bas les participes passer. :-°

  2. Pingback: Tweets that mention Le Bocal de Poulpette » TypeMatrix 2030 et BÉPO : un mois après -- Topsy.com

  3. Poulpette says:

    Niveau vitesse je progresse encore… tout doucement (qui va piano va sano e lontano comme disent les italiens). Là je suis en moyenne à 60 mots par minutes.

    Si tu veux tenter, fais-le. Commence par le faire de temps en temps, histoire d’imprimer mentalement la disposition (sans que cela soit une réelle contrainte quoi). Après le mieux (mais le plus rude) est de faire le grand saut et de ne plus taper qu’en BÉPO.
    Cela dit si tu le fais un jour je te conseille tout de même de ne pas abandonner l’AZERTY. Moi là je vois quand il me faudra acheter un portable je sais déjà que j’aurai du mal à revenir sur l’ancienne disposition (dis-toi que maintenant j’ai besoin de regarder les touches !), mais bon comme la plupart des claviers sont comme ça, pas le choix.

  4. Jarzon says:

    C’est très intéressant, surtout que je suis Canadiens et qu’il y a 25% de rabais en se moment.

    Et ce petit clavier devrais bien faire sur mon nouveau bureau.

    Merci pour le billet et le feedback aussi. 🙂

  5. joedu12 says:

    Ressens-tu de problèmes de réactivité avec ce clavier car tu l’avais mentionné dans ton billet précédent et vu que j’aimerais jouer à des FPS de temps en temps dessus ça refroidit 🙁

  6. Poulpette says:

    Bonjour joedu12.

    Navrée pour la réponse si tardive, je n’ai guère le temps de m’occuper de mon bocal, cette année.

    Pour te répondre, je n’ai pas de réel problème de réactivité. Je pense que cela vient du PC avec lequel j’utilise le plus souvent le TM (un fixe qui était un peu encrassé et qui comment à se faire vieux, donc comme j’ai souvent 36 onglets ouverts dans mon navigateur et que parfois les sites que je consulte bouffent le CPU, ben… il arrive que le clavier soit un peu long à la détente). J’ai depuis fait l’acquisition d’un second ordinateur et je n’ai noté aucun problème.

    Par contre, pour ce qui est du jeu… si c’est en AZERTY, ça ne devrait pas poser de problème particulier, mais en BÉPO je ne peux rien garantir (mais là, c’est une question de disposition, pas de clavier).

    Édit : ah, et… tant que j’y suis, je me dois d’apporter une petite précision à ce que t’a répondu quelqu’un sur un forum (en fait je me suis souvenu que tu avais posté un commentaire en regardant les statistiques d’accès à mon espace web, et j’ai donc découvert le sujet de CanardPC dans lequel tu citais mon feedback).
    Il est vrai que les extraits sonores ne sont pas géniaux (pas de bon matériel pour m’enregistrer) et que le son est faible. Il est clair aussi qu’un clavier mécanique ne sera jamais complètement silencieux. Cela dit, tout dépend de ta force de frappe. Personnellement, j’ai tendance à taper assez fort. Alors bien évidemment, le TM fait un peu de bruit, c’est évident, mais en toute honnêteté, quand on le compare à un clavier mécanique « standard » ou même à un clavier de PC portable, je trouve personnellement qu’il reste bien plus silencieux qu’eux. 🙂

  7. Fernando says:

    Bonjour,

    je suis arrivé sur ce billet en cherchant des infos pour taper les flèches avec un TM en Bépo. Comme j’ai trouvé une solution, je vous la livre ici.

    L’astuce consiste à utiliser le pavé numérique, par exemple pour taper “↑”, on peut faire:
    – activation du pavé numérique (touche num tout en haut à droite)
    – combinaison [ALT-GR]+8 (le 8 du pavé numérique, donc)
    – désactivation du pavé numérique (même touche que pour l’activer)

    Cela rend possible l’écriture des flèches, même si c’est un peu lourd a utiliser…

  8. Poulpette says:

    Bonjour,

    Eh bien merci beaucoup pour votre commentaire. Je testerai tout cela très prochainement. Il est vrai que cela semble bien moins pratique que la combinaison « AltGr + Shift + V/B/N » (pour un clavier « France — Autre » sur une distribution Linux), mais après tout, si cela permet d’obtenir les flèches (que l’on ne doit pas taper si souvent que cela, tout de même), c’est un moindre mal. Ce sera toujours plus simple à gérer qu’un copier ∕ coller.

  9. jesus2099 says:

    Je n’ai qu’un clavier basique mais pour les flèches, comme pour d’autres choses, j’utilise AutoHotKey (ex. de config.).
    Ça devrait marcher avec n’importe quel clavier (en adaptant la config.).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *