Champ Cci, ou comment lutter contre le spam et le traitement de données personnelles

S’il est certain qu’Internet s’est démocratisé ces dernières années et que le grand public peut maintenant en jouir, les bonnes pratiques liées à son utilisation (sécurité, respect de la nétiquette), elles, sont encore loin d’être entrées dans les mœurs.

L’un des exemples les plus probants est le fameux champ Cci, disponible dans tous les systèmes de messagerie électronique (qu’il s’agisse d’un Webmail ou d’un client de messagerie).
Ce champ, fort pratique, permet dans un premier temps d’envoyer une copie du mail à d’autres destinataires sans que ces derniers ne puissent voir les adresses électroniques des uns et des autres ; seule celle de l’expéditeur est visible… ce qui semble assez logique.

L’ennui vient du fait que beaucoup ignorent l’existence de ce champ… et ne l’utilisent donc pas. D’autres – et là cela devient plus gênant – le connaissent, souvent parce qu’un tiers leur en a parlé, et ne l’utilisent pas, non pas pour de mauvaises intentions, mais simplement parce qu’ils ne maîtrisent pas l’ampleur de son importance et oublient donc tout simplement d’y avoir recours.

Or, il faut bien se mettre en tête que le champ Cci est important.
Il l’est pour deux choses :

  • Il empêche un traitement illégal des données à caractère personnel.
    Commençons par citer l’article 2 de la loi 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux
    fichiers, et aux libertés :

    Constitue une donnée à caractère personnel toute information relative à une personne physique identifiée ou qui peut être identifiée, directement ou indirectement, par référence à un numéro d’identification ou à un ou plusieurs éléments qui lui sont propres. Pour déterminer si une personne est identifiable, il convient de considérer l’ensemble des moyens en vue de permettre son identification dont dispose ou auxquels peut avoir accès le responsable du traitement ou toute autre personne.

    En clair, une adresse électronique permet d’identifier une personne de façon directe (si le nom et le prénom sont clairement signalés dans l’adresse) ou indirecte (si c’est un pseudonyme).
    Dès lors, la loi vous interdit de jouir comme bon vous semble d’une adresse électronique qui n’est pas vôtre. C’est notamment pour cela que vous n’avez logiquement aucun droit pour communiquer une adresse à un tiers sans que le concerné soit au courant et ait donné son accord.

    Revenons-en, du coup, au champ Cci. Si vous devez envoyer un mail à plusieurs de vos contacts et que vous mettez les adresses les unes à la suite des autres dans le champ « À », vous effectuez un traitement de données à caractère personnel. Eh oui, chacun de vos contacts va recevoir, en plus du message, la liste de toutes les adresses électroniques de ceux à qui le mail aura été envoyé.
    C’est ainsi qu’une personne A pourrait voir son adresse collectée (volontairement ou non) par une personne Z qui lui est totalement inconnue, et cela grâce à un contact commun.

  • Il lutte, d’une certaine façon, contre le spam.
    Qui n’a jamais reçu au moins une fois un fameux mail commençant par « Re » ou « FW »… vous savez, ces chaînes stupides où il faut faire telle chose en tant de temps pour avoir tout plein d’amis, ou encore ces fameux mails « informatifs » qui vous préviennent du prochain grand virus à coup de phrases mal orthographiées et ainsi de suite.
    Souvent, lorsque les gens font suivre ces idioties… ils se contentent d’une fonction intitulée « transmettre » ou « faire suivre ». Que se passe-t-il ? Eh bien en général ils choisissent d’expédier ceci à l’ensemble de leurs contacts. Les adresses électroniques se retrouvent une fois de plus dans le champ « À », et hop, voici que ces dernières sont expédiées un peu partout dans la nature virtuelle.
    L’ennui, c’est que c’est avec cette méthode, bien souvent, que vos contacts peuvent être infectés par du spam. Les adresses sont récoltées et utilisées à des fins illégales (le spam est illégal, rappelons-le).
    Pour peu que vous ayez mis dans vos contacts des adresses vraiment personnelles voire professionnelles, ces dernières peuvent donc du jour au lendemain commencer à recevoir des chaînes de mails provenant de vos contacts ou du spam. Avouez que cela a de quoi en faire rager plus d’un.

Il est temps, je crois, que chacun prenne conscience des outils mis à notre disposition.
Assez souvent je me suis vue demander à des contacts de ne pas m’inclure dans des chaînes de mails, ou à la rigueur de recourir au champ Cci, et à chaque fois, c’est la même chose : j’ai accès à la quasi-totalité des adresses électroniques des contacts de mes contacts (phrase quelque peu lourde). Par-dessus le marché, il m’est arrivé de recevoir des chaînes de mails envoyées par des personnes que je ne connaissais pas mais qui étaient dans la liste d’un de mes contacts. On voit vite comment cela peut dégénérer.

Dans mon cas, j’utilise plusieurs adresses e-mail, ce qui me permet de limiter quelque peu la casse. Ce qui est désolant, c’est lorsque l’on se voit contraint de ne pas pouvoir communiquer d’adresse plus personnelle à des proches pour la simple et bonne raison que ces derniers ne savent pas utiliser (c’est le mot) leur système de messagerie.

En bref, il serait bon que les internautes soient véritablement formés à l’outil informatique (ce qui englobe l’utilisation d’Internet). Petit à petit cela se met en place, notamment avec l’apparition récente du diplôme C2I, mais c’est encore trop lent à mon goût.

Pour conclure, rappelons que si vous effectuez un traitement de données à caractère personnel, vous pouvez faire l’objet de poursuites judiciaires… Une chance que beaucoup l’ignorent ou passent l’éponge.

This entry was posted in Sécurité et Réseaux. Bookmark the permalink.

7 Responses to Champ Cci, ou comment lutter contre le spam et le traitement de données personnelles

  1. Ejis says:

    kikoo
    sessi et un msg 2 lékipm msn
    ci tu nenvoit pa se msg a 10 deté kontact dissi 1h, msn 2vi1dra péyan, ma fille ne poura pa gérir 2 ça lesémi et ta famillecera moditte pr 3 générasion
    sessi et1 msg tré cérieu

    J’ai la chance de ne pas trop recevoir ce type de message, et en général, je réponds à l’envoyeur en lui expliquant pourquoi c’est une connerie. Mais la prochaine fois, je lui dirai sans doute de carrément m’évincer de cette longue liste d’adresses dont je n’ai un peu rien à foutre…
    Ceci dit, je ne connaissais pas vraiment bien le champ Cci, mais la prochaine fois que j’aurai à envoyer un mail à plusieurs personnes, j’y penserai.

    Merci de répandre l’information !

  2. Poulpette says:

    Au plaisir de faire découvrir des fonctions simples et utiles.binette souriante

  3. Wetneb says:

    Ah, le champ Copie Carbone invisible (puisque c’est son nom, au départ) !
    Si j’avais profité de toutes les chaînes que je reçois sans utiliser ce champ magique, je pense que j’aurais pu me concocter une bonne petite base de donnée d’adresses e-mail, très pratique pour envoyer des spam effectivement (si l’envie m’en était venue 🙂 ).
    Quand je vois que mon adresse figure dans la longue liste des destinataires visibles d’une chaîne, il m’arrive parfois de prendre ça pour un manque de respect envers mon identité d’internaute (rien que ça!).

    Il me semble qu’il y a une petite erreur : tu parles du C2I, mais je pense qu’il s’agit plutôt du B2I (Brevet …), si c’est bien du “diplome” qui est délivré dans les écoles primaires et les collèges, par exemple.

  4. Poulpette says:

    Non non, il s’agit bien du C2I, qui lui est délivré, pour l’instant, seulement par les universités (si je ne me fourvoie pas). d’ailleurs il devrait devenir obligatoire d’ici quelques années pour pouvoir passer certains concours ou je ne sais plus trop quoi (l’IUFM notamment, il me semble).

  5. Wetneb says:

    Autant pour moi. Si c’est à ce niveau-là qu’il est délivré, effectivement, connaître Cci est un minimum 🙂 . J’espère que le B2I parle de ce champ, mais j’en doute… D’autant plus que la façon dont ce “brevet” est validé a probablement peu d’impact sur les connaissances et le comportement des collégiens.
    Tiens, d’ailleurs, il y a un billet tout frais au sujet du B2I sur le Framablog (on s’éloigne un peu du sujet initial 🙂 ) :
    http://www.framablog.org/index.php/post/2008/09/18/curiosphere-microsoft-et-b2i-acte-2

  6. Lukas says:

    Coucou très chère Poulpette,

    Voilà un billet clair et utile, que certains devraient absolument lire…
    et que je me permets donc de lier ici : http://www.lukasvalentin.com/email.html

    (C’est toujours un plaisir de te lire…)

  7. Poulpette says:

    Oh ! Ben ça alors… quelle bonne surprise !
    Lukas qui me laisse un commentaire avec tout plein de compliments dedans. Eh bien merci beaucoup, ça fait très plaisir. 🙂
    La plupart des gens se fichent pas mal de ces recommandations, malheureusement. Il m’arrive encore régulièrement que l’une de mes adresses propres et personnelles soit intégrée à des chaînes de courriels (boîte « pro » aussi, en plus). J’ai beau signaler que ce n’est pas normal et que je ne le veux pas, rien n’y fait…

    Contente de t’avoir lu, en tout cas. 🙂

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *