La carte de visite de Cat’s Eye

Celles et ceux qui ont comme moi une vingtaine d’années (et plus) se souviennent probablement de cette série culte des années 80, j’ai nommé Cat’s Eye (Signé Cat’s Eyes en version française).

En quelques mots, cette série nous conte l’histoire des sœurs Chamade (Cylia, Tam, et Alex), propriétaires d’un café le jour (café baptisé Cat’s Eye, d’ailleurs), et voleuses d’œuvres d’art la nuit.
Elles dérobent en réalité les œuvres de la collection d’un certain Michel Heinz, disparu depuis de nombreuses années, et qui s’avère être leur père. Rassembler sa collection est pour elles le seul moyen de découvrir ce qu’il est advenu de lui.
Pour corser l’affaire, Tam (seconde du trio) est la petite amie d’un certain Quentin Chapuis, inspecteur de police chargé de l’affaire Cat’s Eye… qui ne parvient jamais à les attraper.
Il est à noter qu’avant de commettre un cambriolage, elles laissent systématiquement une carte de visite annonçant le jour et l’heure de leur méfait ainsi que le nom de l’œuvre convoitée.

Cette série fut donc un bon petit succès, et ce pour plusieurs raisons (pour n’en citer qu’une : le scénario, qui est assez original) que je ne traiterai pas car ce n’est tout simplement pas là que je veux en venir.

Moi, je veux parler de la carte de visite de Cat’s Eye.
Certes, s’attarder sur une carte pourrait sembler pour le moins saugrenu, mais moi cette chose m’intrigue depuis de longues années.
Une carte de visite est généralement en carton, mais a-t-on jamais vu du carton s’insérer dans du béton ? Oui, dans du béton, et ce n’est qu’un exemple.
J’aimerais profondément savoir quel est le matériau utilisé pour fabriquer cette petite chose, parce qu’on peut vraiment faire tout et n’importe quoi avec.

Le souci c’est que tout laisse à penser que c’est bien un matériau fragile…
Dans la mesure où je suis en train de visionner une nouvelle fois l’intégrale de la série, je me suis dit que j’allais prendre quelques captures, que voici (cliquez sur l’image pour la voir dans une taille plus lisible) :
mosaïque d'images de la série
Comme on peut le constater, ces cartes peuvent se planter dans n’importe quel mur (c’est valable aussi pour les sols), désarmer quelqu’un, sectionner des câbles (ici un câble électrique, causant un court-circuit), couper / percer des pneus… pourtant, on remarque que les cartes se froissent très facilement, sont combustibles, et se mettent en pièces sans problème…

Bref, franchement, je me suis toujours demandé quel était le « truc »… Si vous avez une idée, je prends… enfin en même temps quand on voit que les sœurs sont capables de faire des bonds de plus de 5 mètres de haut, je me dis qu’il n’y a rien à comprendre.

This entry was posted in Audiovisuel, Nostalgie. Bookmark the permalink.

7 Responses to La carte de visite de Cat’s Eye

  1. Fihld says:

    Effectivement, ce type de matériau me paraît peu probable. Combiner souplesse et force, y’a du mystère là-dessous. Après, vu les progrès fulgurants de la chimie, il se pourrait bien que ça ne soit pas si merveillo-féérique que ça.

    C’est drôle, je ne connaissais absolument pas cette série, sans doute suis-je trop jeune. Quoi qu’il en soit, je trouve toujours ça plaisant de se replonger dans ses petits plaisirs d’enfance, ça n’a jamais tué personne.

    Comme d’habitude, c’est un vrai plaisir de te lire. Le soin apporté à la rédaction des billets fait que l’on passe des moments très plaisants ici. 🙂

  2. Poulpette says:

    Ben si tu ne connais pas je ne peux que te conseiller. Ça change un peu des sempiternelles séries où il faut sauver l’univers…

    Merci pour le reste sinon.:)

  3. Lµ. says:

    Elles seraient très fines (froissables, comme du papier ou du métal) dans un matériau suffisamment rigide, mais dont la surface serait combustible (peinture, verni, etc., / voir avant-dernière image) ?

    Magnésium, Aluminium, …, la solution ne se limiterait peut-être pas au matériau lui-même compte tenu des propriétés décrites.

    Le plus simple serait qu’il y ait plusieurs types de cartes, ou que la nature de la carte évolue, par exemple au contact de l’air, de l’humidité ambiante, de la lumière, etc., à moins qu’un matériau très résistant ne soit présent que dans une extrémité de la carte ?

    En voyant simplement les petites captures, je pencherai pour la première solution, ou plutôt “idée”, car c’est un dessin animé.

    Petit, j’aimai bien trouver des explication logiques pour que le grotesque de la totale illogique de certains dessins animés ou films ne gâche pas trop l’histoire, surtout quand celle-ci met en avant d’autres éléments faisant appel à la logique (incohérence).

  4. Lµ. says:

    PS : à moins que les murs et les sols soient en mousse. 🙂

  5. Poulpette says:

    Ah, mais c’est Lµkas !
    Je ne savais pas que tu passais encore par ici, c’est sympa. 🙂

    J’avais pensé à de l’aluminium ou quelque chose du genre, mais étant données les façons fort simples de détruire les cartes, j’avais abandonné l’idée.

    M’enfin, c’est vrai qu’il ne faut pas trop chercher à comprendre… sinon on peut se demander comment il est possible que l’Inspecteur Gadget soit viable.

  6. Jerry Wham says:

    Vous n’y êtes pas. Elles sont en “cat’s eyesionyte”, matériau souple et rigide à la fois, dur comme du diamant mais combustible et déchirable. Il n’y a aucun mystère là dessous…

    Pour les bons de 5 mètres de haut, là, je n’ai pas d’explication. D’autant qu’avec les talons hauts que les sœurs portent, ça ne doit pas être évident.

    Et puis il faut noter aussi qu’il n’y aucune goute de transpiration, après une course poursuite ou des prouesses physiques exceptionnelles, qui perle sur leurs jolis fronts : quelle est la marque de leur déo? C’est aussi tout un mystère…

  7. Poulpette says:

    Idée intéressante.

    Pour la transpiration, il faut savoir que c’est un gros cliché qui perdure… quoiqu’il commence tout doucement à être occulté, et c’est tant mieux.
    Oui car dans les productions vidéos, les femmes ne transpirent jamais (c’est trop moche à voir), sont toujours impeccablement épilées (elles pourraient être perdues sur une île pendant un an, elles conserveraient leur peau de bébé), et parfois même ont une coiffure à toute épreuve (surtout dans les dessins animés, en fait).

    Ceci étant, dans Cat’s Eyes, il arrive que la tempe perle, donc pas de déo mystère.
    Enfin si je ne m’abuse pour vous les hommes un déo révolutionnaire a fait son apparition sur le marché depuis quelques mois si je ne m’abuse. Enfin, « révolutionnaire »… c’est du moins ce que nous dit la publicité, donc euh…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *