Disposition BÉPO : la norme de demain pour les claviers français ?

Pas plus tard qu’hier, j’ai eu l’occasion de faire une agréable découverte, et qui, pour une fois, permet de parler à la fois d’informatique et de langue française (non pas que ce duo ne soit pas courant, mais bon…).
En allant faire un saut sur un de mes comptes de messagerie instantanée, j’ai pu croiser Wetneb (vous trouverez son blog dans la liste à droite d’ailleurs, il y raconte des choses intéressantes), dont le message personnel m’a intriguée. Il y parlait d’une chose appelée « BÉPO ». Google étant mon meilleur ami, je fais une recherche rapide et découvre donc de quoi il s’agit.

BÉPO est une disposition de clavier française, libre, qui fut créée il y a quelques années dans l’optique d’accroître et d’optimiser le confort et la vitesse d’écriture tout en permettant un bien meilleur accès aux lettres et signes utilisés par la langue française.
Il est vrai que je me suis souvent demandé pourquoi les lettres du clavier AZERTY étaient agencées de façon si peu logique. Je pense taper assez vite (en moyenne 75 à 80 mots par minute avec un très faible pourcentage d’erreur), mais cela ne m’empêche pas d’avoir quelques fois des « bugs », tant les lettres ne tombent pas sous la main. On peut également déplorer le fait que bon nombre de signes couramment utilisés dans la langue française ne soient pas facilement accessibles (quand ils ne le sont pour ainsi dire pas du tout, notamment sous Windows) :

  • les majuscules accentuées ;
  • les lettres ligaturées ;
  • les guillemets français ;
  • les espaces insécables ;
  • les points de suspension ;
  • etc.

Sous GNU/Linux, le large choix de dispositions de clavier que propose le système (peut-être est-ce la même chose avec Windows maintenant, je n’en sais rien) permet de pallier ce problème en adoptant une disposition un peu plus adaptée permettant d’avoir accès à ces caractères en combinant deux voire trois touches. Cela reste encore peu pratique mais ça a le mérite d’être accessible.

Avec le BÉPO, tout est plus simple… si l’on tâche d’être objectif, bien sûr.
Déjà en plaçant vos quatre doigts (index, majeur, annulaire et auriculaire de chaque main) sur la zone de repos, vous ne tombez plus sur « Q, S, D, F » et « J, K, L, M » mais sur « A, U, I, E » et « T, S, R, N ». Les lettres accentuées sont plus rapidement accessibles, et nous pouvons enfin taper nos signes de ponctuation correctement, en pressant une simple touche plutôt que deux. Les deux points, que je trouve quand même assez pratiques, doivent désormais être tapés à l’aide de la combinaison SHIFT + V (qui est la touche du point en BÉPO) ; c’est un peu moins évident à mon goût, mais bon, c’est comme tout, on s’adapte.
Cette disposition est également adaptée à l’écriture des langues européennes et de l’espéranto. Même si je n’y ai jamais recours, le simple fait de pouvoir taper « ĉ » en combinant simplement deux touches me plaît.

Je pense qu’avec la carte du clavier, vous y verrez plus clair. La voici donc :
carte du clavier BÉPO

En travaillant une bonne heure par jour à l’aide d’un logiciel dédié à la dactylographie, les progrès devraient venir assez rapidement. C’est pourquoi j’ai décidé de travailler le BÉPO un peu tous les jours en attendant d’avoir une vitesse de frappe correcte (passer de plus de 70 mots par minute à… une quinzaine peut-être bien… c’est extrêmement frustrant), puis j’y passerai peut-être définitivement.

Pour l’instant, il existe bien peu de claviers adaptés (TypeMatrix en produit un, mais si vous souhaitez le clavier ergonomique et la skin BÉPO, il vous en coûtera près d’une centaine d’euros…). Il est cependant plutôt conseillé d’apprendre à taper en aveugle, ce qui, au fond, n’est effectivement pas plus mal.

Si vous souhaitez en apprendre plus sur la disposition BÉPO, et, qui sait, vous y mettre vous aussi, allez faire un tour sur le site du projet, à l’adresse suivante : http://bepo.fr/wiki/Accueil.

Je ne sais pas encore si j’arriverai à changer de disposition un jour. Seul l’avenir me le dira. En attendant, je trouve que le BÉPO mérite d’être connu et de faire partie des alternatives à proposer de base.

Merci Wetneb !

This entry was posted in , GNU/Linux et Logiciels libres, Linguistique. Bookmark the permalink.

10 Responses to Disposition BÉPO : la norme de demain pour les claviers français ?

  1. Poulet says:

    > *Même si je n’y ai jamais recours*, le simple fait de pouvoir taper « ĉ » en combinant simplement deux touches me plaît.

    Tu devrais.

  2. Guillawme says:

    Le BÉPO semble intéressant, mais quand on utilise souvent d’autres ordinateurs que le sien (typiquement dans les salles info de la fac, ou avec tout autre poste public) est-ce vraiment un apprentissage utile ?
    Si c’est pour se retrouver handicapé devant un azerty d’un ordinateur public (pour peu que l’azerty s’oublie ?), j’hésite un peu…
    Bon, il y a peut-être moyen d’emporter avec soi sa disposition de clavier sur une clé USB, à la façon des “portable apps”, et là ça serait vraiment un bon investissement, mais c’est le genre de choses pour lesquelles je me dis “c’est bien ça, je le ferai quand j’aurai un peu de temps libre” et finalement je reporte indéfiniment… :-°

    Je compte sur toi pour donner tes retours d’expérience dans un futur billet, qui sera rédigé au moyen de la disposition BÉPO évidemment ! 😉

  3. Paul says:

    @Guillawme :

    Pour avoir appris le QWERTY “tard” (à 20 ans), je trouve que je navigue entre les deux dispositions, AZERTY et QWERTY, sans trop de problèmes. Mon PC portable personnel a un clavier QWERTY, mais j’y tape en AZERTY en aveugle, sauf par moments. Je fais la transition sans trop de problèmes. Sur tous mes autres claviers (boulot, etc.) je suis AZERTY normal, ou AZERTY Mac, qui est différent !

    Mais c’est sûr que ces trois dispositions sont proches les unes des autres, comparé à AERTY/BEPO. Maintenant, je me demande si le fait qu’elles soient proches les rend plus simples à maîtriser, ou au contraire plus faciles à mélanger (je me retrouve parfois à me demander si je suis en QWERTY ou AZERTY, du coup par réflexe je tape sur le A de AZERTY mais il me faut parfois quelques secondes pour “analyser” ce que je viens de faire 😉 ).

  4. Wetneb says:

    De rien Poulpette 🙂 !
    J’aurais dû t’en parler plus tard, histoire de conserver une petite avance dans la vitesse de frappe 😀 …
    Pour répondre à Guillaume, je pense que ça va être assez difficile d’oublier l’AZERTY (en tout cas, pas pour l’instant), et j’espère que passer d’une configuration clavier à une autre devrait justement permettre de développer les deux compétences.

  5. Fihld says:

    Plutôt mitigé comme Guillawme. Il y a des bons points : l’accès facilité aux accentuations que ce soit pour les majuscules ou les caractères un peu plus exotiques (pour reprendre ce que sous-entend Poulet, ça doit être bien pratique pour écrire en espéranto), la fierté d’avoir un clavier *pour* le français, etc. Après, est-ce que c’est forcément un bon investissement niveau temps d’apprentissage pour au final buter sur un AZERTY ? Pas sûr. Mais on attend tes retours en effet.

  6. Guillawme says:

    Au fait j’avais sorti ça tout à fait au pif, mais il existe bel et bien un “keymap” nomade à mettre sur sa clé, comme ils le proposent ici : http://bepo.fr/wiki/Installation

    D’un coup ça me tente plus d’essayer de m’y mettre (mais pas ce soir, j’ai un truc un peu urgent à taper pour le moment :-° ).

  7. Poulpette says:

    Ben pour l’instant l’apprentissage se porte très bien.
    Pour les mots simples je commence à taper un peu plus rapidement, mais je suis encore loin du compte.

    Je ne note pas encore de confusion avec l’AZERTY, mais cela viendra peut-être. Je pense que si l’on tape régulièrement avec deux dispositions différentes, on ne peut pas vraiment en oublier une au profit d’une autre ; il faut peut-être juste quelques minutes d’adaptation quand on en change.

    Bref, on verra d’ici quelques grosses semaines.

  8. Ziame says:

    Bonsoir,

    Je ne connaissais pas cette configuration de clavier…

    Cela dit pour répondre à ta question concernant le manque d’ergonomie flagrant du clavier azerty, j’avais appris (au collège en cours de technologie, donc ça demande vérification…) que ça avait été choisi à l’époque du fait du manque de performance de la part des machines. Apparemment ils avaient essayé des configurations plus ergonomiques et donc performantes pour les claviers et les utilisateurs dépassaient les machines (ce qui était encore moins pratique qu’un clavier peu ergonomique). C’est pourquoi ils auraient choisi cette configuration moins pratique afin de limiter la vitesse de frappe pour que la machine puisse suivre… et c’est resté.

    @ Paul, en effet, d’ailleurs au début ça m’a pas mal surpris quand je suis passé à Mac (d’autant plus qu’il n’y a presque rien d’écrit sur les touches, donc il faut tester, retenir et s’habituer…). Cela dit, une fois qu’on s’y est fait ça n’est pas dérangeant je trouve. D’ailleurs personnellement je préfère la configuration des claviers Mac plutôt que celle des claviers azerty traditionnels des PC.

  9. Poulet says:

    C’est normal, elle est beaucoup plus adaptée pour les caractères comme Ç, É ou œ. Par contre, elle est également totalement illogique (essaye de faire les deux premiers caractères, c’est étrange qu’il faille s’y prendre de deux façons totalement différentes).

  10. Pingback: Bépo et Prologin : nouvelles de ma bulle geek « Vlog

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *